lundi 31 décembre 2018

HISTOIRE

Une machine tout à fait fascinante brevetée "sans garantie du gouvernement" (SGDG) à la fin du XIXe siècle (1897 ?) par P. Orsoni, le directeur de l'Imprimerie de Monstouris (5-7 rue Lemaignan à Paris) : l'aquatype
Elle permettait, via un système d'écrans, d'imprimer entre 300 et 500 images au pochoir par heure et ce jusqu'à 9 couleurs. 
On en trouve mention dans le Risorgimento Grafico n° 4 d'avril 1911 et l'invention a semble t-il été couronnée de succès, puisque des exemplaires en ont notamment été vendus en Allemagne (société Marteins de Francfort), en Autriche (société Finkelstein de Vienne), en Espagne, en Italie, en Norvège et aux U.S.A. si on en croit Le Journal n° 3388 du 14 septembre 1915. Malheureusement, il ne reste que deux aquatypes en usage aujourd'hui : ils sont exploités à l'Imagerie d'Epinal. 
Une petite vidéo est visible ici :



dimanche 30 décembre 2018

LINOGRAVURE

Une contribution (une de plus !) de Franck Canorel pour notre projet de publication sur le thème de l'eau : Moby Dick. Timing parfait, car Herman Melville aurait eu 200 ans en 2019. Reste maintenant le plus long : le transfert, la gravure et l'impression au baren. 

 

vendredi 28 décembre 2018

TECHNIQUE

Mis au point en 1842 par l'astronome anglais John Frederick William Herschel, le cyanotype est un procédé de reproduction d'image monochrome. On enduit une feuille au fort grammage (par exemple du papier pour aquarelle) d'une solution composée à part égale de citrate de vert ammoniacal et de ferricyanure de potassium, puis on la laisse sécher à l'abri de la lumière. On pose ensuite dessus un typon (film de plastique transparent sur lequel a été préalablement imprimé un motif) et on place le tout dans un châssis-presse. Ce dernier est ensuite exposé durant quelques minutes à des rayons UV. Une fois cette étape achevée, la feuille de papier est plongée dans un bain d'eau froide distillée jusqu'à apparition d'une image bleue de Prusse très contrastée. Quand le rendu est satisfaisant, on ajoute dans le bain d'eau froide quelques gouttes d'acide acétique pour stopper la réaction chimique. On la place ensuite dans un bain d'eau froide additionné de 2 % d'acide chlorhydrique pour éliminer les traces jaunâtres, avant de la rincer abondamment. Ce n'est certes pas écologique, mais le rendu est vraiment sympa !


COUP DE COEUR

Rendez-vous avait été pris ce jour avec Les Amis de l'imprimé populaire, association parisienne née fin octobre 2016 à l'initiative de Yann et de Delphine. Dans une ex-cordonnerie transformée en (petit) atelier : un duplicateur à alcool (si si), une fraiseuse utilisée pour fabriquer des caractères typographiques en bois, un miméographe, etc. L'association est très active. Elle a notamment publié trois petites brochures gratuites et fort intéressantes (photo ci-dessous) et tiendra un stand les 19 et 20 janvier au Centre international de culture populaire.   

 

lundi 24 décembre 2018

LINOGRAVURE

Marineland : une nouvelle image (encore en gestation) pour notre projet sur le thème de l'eau. A priori, elle sera linogravée, mais qui sait...

 

dimanche 23 décembre 2018

MONOTYPE

Un nouveau monotype (en vue d'une publication sur le thème de l'eau). Papier hectographique, encre sur plaques de verre et brosse à pochoir. Merci à Youssef Guennoun-Hassani pour la belle photo !


samedi 22 décembre 2018

XYLOGRAVURE

Le banya (un bain vapeur à la russe), une xylogravure de Benoît Rassouw de l'Atelier TTT tirée en risographie sur papier fort. Le Banya-tour s'arrête jusqu'à demain dimanche aux Grands voisins (5 euros la séance).


























mercredi 19 décembre 2018

mardi 18 décembre 2018

DES NOUVELLES DE L'ASSOCIATION

On a reçu aujourd'hui les flacons de citrate de fer ammoniacal et de ferrycyanure de potassium pour les cyanotypes. On débute les essais après Noël.

vendredi 14 décembre 2018

TECHNIQUE

Une petite vidéo promotionnelle pour une machine (hélas introuvable) commercialisée en France en 1991 par Bandaï. Inspirée de la célèbre Gocco, très populaire au Japon, elle permettait de sérigraphier facilement ses cartes de visite et ses flyers à domicile.

mercredi 12 décembre 2018

EXPOSITION

Réunissant de manière inédite près de 120 estampes conservées dans les collections parisiennes les plus importantes (collection Edmond de Rothschild, musée du Louvre ; Bibliothèque nationale de France ; Fondation Custodia et Beaux-Arts de Paris), ainsi que des prêts emblématiques de musées français (musée des Beaux-Arts de Besançon) et étrangers (British Museum, Ashmolean Museum et Rijksmuseum), l’exposition retrace à la fois une technique et une esthétique particulières de l’estampe : la gravure en clair-obscur, dite aussi en couleurs.

La suite à lire ici :

mardi 11 décembre 2018

EN SURFANT CA ET LA

L'Atelier Barbe à papier d'Agathe la bouchère de Rennes : https://www.atelierbarbeapapier.fr/

Des pages très intéressantes sur le nardigraphe :


Le meilleur du fanzinat en sérigraphie :


Un atelier de sérigraphie parisien qui soutient (vraiment !) les artistes avec le projet "Hors contact" qui démarre en janvier 2019 :

jeudi 6 décembre 2018

TECHNIQUE

Très peu connue, la technique du cliché-verre a été mise au point au XIXe siècle par le peintre Constant Dutilleux et son gendre Charles Desavary, ainsi que par un professeur de dessin, Louis Grandguillaume, et le fabricant de couleurs Adalbert Cuvelier. Il s'agit d'un procédé à la croisée de la gravure et de la photographie qui permet d'obtenir la reproduction d'images monochromes par tirage contact sur papier sensible.
Il existe plusieurs façons d'obtenir une plaque de verre "master", par exemple en la noircissant avec une bougie avant gravure (voir une vidéo - hélas en portugais - sur YouTube). 
Les épreuves sont le plus souvent tirées sur papier albuminé (blanc d’œuf) ou sur papier salé, mais le spécialiste français du cliché-verre Bernard Dufour en a réalisé une série sur papier cyanotype (bleus ou avec virage au thé).
Corot, Delacroix et Daubigny étaient de grands spécialistes de cette technique. Man Ray s'y est également essayé.
On peut obtenir des images d'une grande finesse (voir ci-dessous).
Le seul problème est la source lumineuse : un plein ensoleillement est idéal, même si on peut utiliser des lampes horticoles (assez onéreuses du reste). 
Pour toute question technique n'hésitez-pas à nous contacter !

mercredi 5 décembre 2018

PUBLICATION

L'Encre & le sillon. Treize portraits de graveurs en taille d'épargne est désormais en vente chez Philippe le libraire, 32 rue des Vinaigriers à Paris. On recommande chaudement cet endroit : c'est petit, mais on peut y dénicher des tas de livres difficilement trouvables ailleurs, notamment ceux de l'artiste suisse Tomas Ott, expert de la carte à gratter.

lundi 3 décembre 2018

PUBLICATION

Ca y est ! La brochure L'Encre & le sillon. Treize portraits de graveurs en taille d'épargne, soit 36 pages en offset sur papier couché 90 grammes, est sortie. Beaucoup de boulot entre le dessin, la vectorisation, la PAO et on en passe, mais le résultat est là. Elle est en vente à Paris chez Charbonnel et à la librairie Un regard moderne. Pour les affreux pécores qui n'habiteraient pas dans la capitale (a t-on idée ?), on peut passer commande en nous envoyant un mail. 

samedi 1 décembre 2018

LIBRAIRIE

Un super lieu à Paris (dont nous ignorions il y a quelques jours encore l'existence !) : Baat Coop. On y trouve beaucoup de fanzines et de livres d'artistes auto-édités. Ici, ça sent bon le Do It Yourself, l'encre et la reliure fait main dans la cuisine. Le catalogue en ligne propose de très nombreux articles, dont les productions du Dernier Cri à Marseille (Pakito Bolino and co). A découvrir (et soutenir) de suite !

 

EVENEMENT

C'est samedi et dimanche prochains et les Amis de l'imprimé populaire seront présents !